“Le seul homme à ne jamais commettre d’erreurs est celui qui ne fait rien”. Cette citation de Théodore Roosevelt résume à elle seule l’importance de l’échec dans la réussite. La capacité de résilience permet de rebondir après un écueil.

Nous traversons tous un certain nombre d’épreuves au cours de notre existence, que ce soit dans nos vies personnelles ou bien professionnelles. Nous commettons tous des impairs, essuyons tous des revers… Certains plus que d’autres.

Nous ne réagissons pas tous de la même manière lorsque les difficultés et autres embûches nous barrent la route, voire nous obligent à rebrousser chemin et retourner à la case départ. Si certains vont ruminer et se laisser envahir par les émotions négatives allant même parfois jusqu’à sombrer dans une profonde déprime et un immense abattement, d’autres, une fois le choc encaissé, vont faire preuve d’une remarquable propension à se relever de leurs cendres et avancer de plus belle.

Tomber pour mieux se relever

Au demeurant, chanceler n’est pas la question… Ce qui importe, c’est de savoir qui, une fois à terre, s’est relevé. Pourquoi et comment ? Qui, après avoir été échaudé une première fois, a commis la même erreur une deuxième, voire une troisième fois ? Qui a glissé à nouveau ? Des questions intimement liées à bien y réfléchir…

Quelle est donc cette force ? D’où vient cette aptitude à se relever plus facilement et plus vite que les autres ? Tout le monde est-il capable de rebondir suite à ce qu’il considère comme un échec ? Comment plier sans rompre ?

Qu’est-ce que la résilience ?

Ce terme désigne la capacité psychique d’un individu à surmonter un stress ou un traumatisme de manière à continuer de vivre sereinement et non sombrer dans la dépression et l’anxiété.

Les personnes dites résilientes considèrent que les échecs sont source d’opportunités et de meilleure connaissance de soi. Elles ont intégré qu’il était réducteur d’ignorer ses faiblesses. Que ce soit par ignorance, entêtement ou excès de fierté. Elles ont compris qu’il fallait, bien au contraire, les identifier, les analyser, les accepter pour pouvoir mieux les comprendre et ainsi les corriger et se perfectionner. En d’autres termes : savoir se relever après une chute. Elles tirent expérience et connaissance de chaque difficulté traversée.

Par ailleurs, elles n’ont pas peur d’affirmer avoir déjà commis des erreurs. Certaines sans gravité, d’autres nettement plus lourdes de conséquences… Malgré tout, en reconnaissant leurs erreurs, les résilients auront franchi une étape essentielle : être objectifs envers eux-mêmes. Ils se connaissent, savent ce qu’ils valent, connaissent leurs atouts, leurs forces, mais également leurs limites et leurs faiblesses.

Cette aptitude à ne pas se laisser abattre face aux difficultés et divers échecs rencontrés est donc une immense force. A condition de garder en tête que parfois, les conséquences immédiates d’un insuccès peuvent rendre un rebond à court terme très difficile, voire insurmontable.

Quels sont les avantages qu’offre cette aptitude à rebondir après un échec ?

La capacité à rebondir est essentielle dans le cadre professionnel.  En effet, les échecs sont les barreaux de l’échelle qui mènent au succès. Ainsi, la résilience – outre les avantages personnels qu’elle offre (meilleure résistance au stress, faculté d’adaptation accrue, aptitude au bonheur renforcée, etc.) – est une disposition de plus en plus recherchée – et fort appréciée – par les entreprises.

Source : https://www.manager-go.com/