Invitée de la 21ème édition du Club Esprit, la CEO de DUX, Fatim CISSÉ, s’est prononcée sur le thème de ‘’l’Intelligence Artificielle’’ (IA). Au cours de cette activité déroulée le vendredi 18 octobre 2019, à Abidjan Marcory à l’hôtel Azalaï, le public a échangé avec une femme optimiste et réaliste.   

 

L’Intelligence Artificielle est un thème générique que les machines utilisent pour imiter le comportement des hommes», a défini, dès l’entame de l’entretien, la CEO de DUX, Fatim CISSÉ, personnalité ayant fait la couverture du 21ème numéro d’Esprit Magazine. Ajoutant que l’Intelligence Artificielle est à la fois, un danger et une opportunité pour chaque individu. « En réalité, ça dépend de la manière dont on l’utilise », a-t-elle précisé.

Répondant à la fois aux questions du directeur de la rédaction d’Esprit Magazine, Cheick Yvhane, et celles du public, l’invitée du Club Esprit s’est dit convaincue qu’aucune organisation n’échappera à l’incontournable révolution de l’Intelligence Artificielle dans laquelle, elle ne voit que des bénéfices pour l’Afrique en général et en particulier, son pays la Côte d’Ivoire.

Prenant le cas de la Côte d’Ivoire, celle qui se définit comme « une africaine bionique » a soutenu que l’intégration de l’Intelligence Artificielle pourra permettre une meilleure prise en compte des citoyens, en ce qui à trait entre autres à la santé, l’éducation, le logement.

Poursuivant cet échange, et parlant de la performance technologique, la CEO de DUX a fait remarquer que l’Afrique subit une sorte de néocolonialisme technologique et peine à s’inscrire dans cette nouvelle carte du monde. Mais, à l’en croire, « avec un travail de sensibilisation, on peut  changer les choses ».

Pour amener l’IA dans le quotidien de ses compatriotes africains, Fatim CISSÉ, a fait savoir qu’elle use des supports de communication, organise des séminaires et s’invitera bientôt dans les universités pour pérenniser cette sensibilisation.

Au quotidien, celle qui aimerait plutôt être une « androïde » a avoué être beaucoup connectée pour suivre le monde. « L’un de mes projets est d’accompagner les jeunes pour améliorer leurs facultés cognitives. », a-t-elle souligné.

Pour conclure, Fatim CISSÉ s’est réjouie d’avoir été à cette tribune que lui a offerte, Esprit Magazine dont les rênes sont tenues par Augustin AKOU, afin de se prononcer sur l’Intelligence Artificielle, un thème « peu connu des Ivoiriens ».

Pour joindre l’utile à l’agréable, des jeux ont meublé cette autre édition du Club Esprit, permettant à certains participants de remporter des lots offerts par des partenaires, lors d’une séance de question-réponse.

Le manager d’Orange business, Adam ACHO, le chef de vente d’opération mobile à SUNU Assurance, Christophe KONAN, le directeur général de Sirius capital, Ismaël CISSÉ et la représentante d’Agiloya Afrique, Mme Aniela Ve KOUAKOU, partenaires à cette édition, ont édifié les fidèles invités du Club Esprit, à propos de leur différent service.

Accompagnés par Air Côte d’Ivoire, Mouton Cadet, la radio Nostalgie, Abidjan.net, ce Club Esprit a vu la participation de plusieurs personnalités, notamment le président directeur général de Kaydan Group, Alain KOUADIO (mentor de Fatim CISSÉ), des membres de la famille ainsi que des employés de l’invitée.

Une séance de dédicace du magazine Esprit a sanctionné cette rencontre qui s’est tenue dans une ambiance bon enfant.

Boris Anselme Takoué