Il n’est pas seulement un bébé. Il cristallise en partie, les espoirs de nombreux Libanais. Une naissance qui a donné du baume au cœur de ce peuple affligé le 04 août dernier par des explosions ayant provoqué la mort de 171 personnes et de milliers de blessés.

Le mardi 4 août, Emmanuelle Lteif Khnaisser et son mari Edmond Khnaisser ne se doutent pas, alors qu’ils se rendent à l’hôpital Saint-Georges de Beyrouth que la naissance de leur fils Georges ferait le tour du monde jusqu’à Abidjan où résident de nombreux Libanais.
Emmanuelle se trouvait en salle d’accouchement lorsque l’hôpital a été soufflé par les explosions. 

« Mon fils Georges est né dans des circonstances terribles, je ne pensais pas qu’il était en vie au moment de naître », se souvient Emmanuelle, la mère de Georges.

Autour d’eux, les vitres sont brisées, l’électricité coupée. C’est presque le chaos. Pour permettre la naissance de l’enfant, les soignants s’éclairent à la lueur de leurs téléphones portables. Un accouchement rendu difficile par une ambiance d’apocalyptique. L’enfant viendra quand même au monde. Un miracle. 
Depuis, la naissance de George est devenue une lueur d’espoir pour le peuple libanais. 

« Les gens qualifient notre fils de lumière qui a jailli de l’obscurité », explique le père de l’enfant. Un compte Instagram a été créé en l’honneur de ce « bébé miracle ».

« J’ai vu la mort de mes propres yeux. J’ai pensé que c’était la fin. Je regardais autour de moi, persuadée que le plafond allait nous tomber dessus. Je ne savais pas quoi faire, mais il fallait que George naisse, et voilà, maintenant, j’ai un bébé en pleine forme », explique Emmanuelle.
L’hommage aux soignants
Les jeunes parents ont invité chez eux à Jal el-Dib, à la mi-août, Stephanie Yacoub, la cheffe du service obstétrique et gynécologie de l’hôpital Saint-Georges de Beyrouth, pour rendre hommage à travers elle tous les soignants du Liban.
Elle était avec la maman au moment de l’explosion, mais avait dû partir pour aider une infirmière grièvement blessée, raconte la revueParis Match, avant de revenir pour aider à mettre au monde Georges. L’infirmière est décédée depuis. En tout, les explosions à Beyrouth ont fait au moins 171 morts et plus de 6 500 blessés.
En Côte d’Ivoire, la communauté libanaise, ainsi que de nombreux Ivoiriens ont apporté leur soutien au Liban pour faire face à cette tragédie. Esprit Magazine apporte son soutien à la diététicienne Dima Khalil, contributrice de la revue.