À35 km d’Abidjan. Dans la périphérie de Grand Bassam. En bordure de lagune. Un village d’environ 1200 âmes, qui se différencie de ses voisins. Ébrah.

UNE LOCALITE PAISIBLE 

12h15, à l’entrée du village. Arrête toi, laisse-moi prendre une photo ici, demande le photographe au chauffeur. Nous descendons du véhicule, je pousse à mon tour un Waouh. L’air pur (et frais) qui nous accueille nous fait oublier la fatigue occasionnée par les secousses de la route.

Impatient de visiter le village, nous informons aussitôt le guide de notre arrivée. À cet endroit magique, on aperçoit un mât de type particulier construit avec du ciment, symbole historique installé au centre du village. A l’époque, les populations se rassemblaient autour de ce mât, lors des cérémonies.

Ebrah est un village très calme, sans nuisance sonore. Un lieu propre où chaque maison est clôturée. Avec l’air frais qui circule partout. Cette localité qui comporte deux quartiers, a trois forêts sacrées dont une pour tout le village et une pour chaque quartier.

 

UNE CITE MODERNITÉ

À Ebrah, le roi nana Wognin Ernest règne et les générations gouvernent. Il y a  quatre catégories de générations, dont deux par quartier.  Les générations Noudjou et N’Nowé sont du quartier Koumassi. Blossué et Begnipouè sont du quartier Begniri. Une génération  gouverne pendant dix ans. Actuellement, c’est Blossué qui détient le pouvoir. Malgré cet attachement à la tradition, Ebrah est une cité moderne. Le quartier Begniri a été construit par une opération immobilière et comprend trente villas de trois à quatre pièces. Pour un village, l’architecture attire plus d’un. A l’extérieur de ces belles bâtisses, il y a des fleurs qui embellissent l’endroit. Toutes les maisons sont belles. On se croirait dans un quartier résidentiel.

L’activité principale de ce peuple est la pêche. La lagune sépare Ebrah et Grand-Bassam. Une pinasse permet de relier Ebrah et Mossou, deux fois par jour. Cette cité est toutefois loin d’être enclavée. On peut y avoir accès par la route aussi. Ebrah, une cité à découvrir.

ebrah ESPRIT magazine