Le Zaouli est une danse de réjouissance localisée au centre-ouest de la Côte d’ivoire, dans les départements de Bouaflé et de Zuénoula, chez le peuple Gouro.  

Par Honorat Gilles KOUISOA

Le Zaouli désigne également le masque qui en fait son attrait majeur. Plusieurs légendes aussi différentes les unes des autres racontent l’origine de ce masque. Cependant, toutes s’accordent sur le fait qu’il a été inspiré  par une jeune fille d’une beauté exceptionnelle, à savoir « Djela Lou Zaouli », fille de Zaouli. Présent à chaque évènement lié à la vie sociale de la communauté Gouro, Le Zaouli  a un impact économique, car il est réputé accroître la productivité du village. Ainsi, le Zaouli favorise la cohésion sociale. Ce dernier caractère est aussi manifeste au plan artistique.

 

Un spectacle de Zaouli est le lieu où les beaux-arts, la musique, la danse, et le théâtre se conjuguent pour produire une entité, artistique.

La confection du masque résulte d’une sculpture très élaborée. Généralement, un masque représente soit un visage humain soit un animal. Le Zaouli rassemble les deux. C’est un visage humain surmonté de figurines d’animaux. Il se caractérise par la finesse de ses traits et sa jovialité, symbole de la beauté féminine. Avec chaque élément du costume (certains sont tissés), le masque est peint de couleurs vives, savamment agencées, faisant du Zaouli l’un des plus beaux masques de Côte d’Ivoire.

En outre, la musique du Zaouli est produite par un ensemble orchestral hétéroclite. On y trouve trois types de tambours (cylindrique, de bois, djembé…), des grelots (aux pieds du danseur), des flûtes et des voix. Cet ensemble exécute une musique où plusieurs rythmes et mélodies s’entremêlent enrichissant ainsi la trame musicale.

C’est donc sur ce tapis sonore que le danseur exécute des figures chorégraphiques des plus élaborées, souples et gracieuses à partir des pieds et des mains tandis que la majorité des masques ne dansent qu’avec les pieds.

Par ailleurs, ce spectacle chorégraphique est divisé en différentes scènes. Ici, c’est au percussionniste de s’adapter aux improvisations du danseur. Partant, la succession des séquences, la synchronisation de la danse et le jeu des batteurs, confèrent une certaine théâtralité au fait artistique Zaouli.

Le Zaouli en définitive, est un art complet. Sa manifestation fait appel à tous les domaines de l’Art. Il est beau par la variété des masques, des costumes et de leurs couleurs. Il est riche d’une musique belle de par son orchestration et sa trame où polyrythmie et polyphonie s’entremêlent. Par la multiplicité des pas de danse, le Zaouli constitue une ressource chorégraphique importante. Ce tout est séquencé, organisé, reflet d’un art « sérieux », qui bien que ludique est utile à la vie sociale et économique du peuple Gouro. C’est ici un modèle pour bon nombre de formes artistiques actuelles, qui résolument ludiques, ont oublié leur mission de canal de transmission des valeurs morales et sociales de la communauté.

L’UNESCO a reconnu la valeur du Zaouli au point de l’inscrire au patrimoine mondial immatériel.

note majeure