Styliste, modéliste, Kader Abdul connu sous le pseudonyme de K. Style est attiré par la veste. Sa particularité est de confectionner ses costumes avec des tissus africains. Interview.

Par Ange Ivan Alaté

 

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de vos débuts dans le domaine de la mode ?

A l’état civil, je réponds au nom d’Abdul Kader, je suis dans l’univers de la mode depuis environ dix ans. En effet, j’ai fait mes premiers pas chez Ciss St Moïse. Par la suite, j’ai eu à travailler chez Traoré Sougalo dit T Soul. Malheureusement, j’ai effectué un voyage au Nigéria qui a tourné court. Je suis donc retourné à la case départ, c’est-à-dire chez T Soum, pour me parfaire à nouveau. Finalement, j’ai fini par m’installer à mon propre compte en 2014. Et, petit à petit je me suis construit une notoriété. Et cela a donné le résultat que vous voyez aujourd’hui.

Quelle est la particularité de ton label ?

Ici, nous excellons dans la confection des costumes sur mesure avec des tissus africains. En somme, nous arrivons à nous distinguer par la qualité de nos prestations qui sont le sur mesure.

Parle-nous de ton coup de cœur en matière de mode ?

C’est la veste qui me fascine. J’ai toujours rêvé de voir les gens porter mes vestes. J’ai pu réaliser ce rêve là. Je suis toujours anxieux quand il s’agit d’utiliser une matière  qui va devenir une veste. Cela me fascine lorsque quelqu’un la porte pour un évènement.

Pourquoi le choix du costume ?

Quand j’ai débuté ma formation, je faisais des chemises. Toutefois, je trouvais que ce n’était pas extraordinaire et que tout monde pouvait le faire. Mais la veste je la trouvais un peu compliquée. Je ne pensais même pas pouvoir confectionner une veste un jour. Donc mon grand défi a été de voir que je peux moi aussi prendre un tissu le découper et en faire une veste.

Le premier costume de K. Style…

Je parle toujours avec autant de passion des personnes comme Ciss St Moïse parce que ce sont elles qui ont fait de moi ce que je suis devenu aujourd’hui. Ces personnes-là m’ont donné la chance de m’exprimer. Grâce à elles, j’ai connu les rudiments de la mode. Chez Ciss St Moïse, je n’étais qu’un simple monteur de veste. Ce n’est qu’une fois chez T Soum que j’ai véritablement eu la chance de faire moi-même des découpes.

Avec quelle matière confectionnes-tu tes vestes ?

Actuellement j’ose un peu. Dans mes débuts, j’utilisais des matières venues d’ailleurs. Alors que maintenant j’essaie d’exploiter des matières africaines. Actuellement je suis en train de préparer une collection du nom «  éclat d’Afrique » qui est conçu spécialement avec le « Faso danfani », un tissu burkinabé.

Pourquoi « Eclat d’Afrique ? »

Parce que le tissu danfani est éclatant. Et puis après, j’ai utilisé des strass et paillettes pour encore donner plus d’éclat à la matière. C’est tout cet assemblage qui  donne le nom de la collection « Eclat d’Afrique ».

Dans quel état d’esprit es-tu lorsque tu produits tes articles ?

Tous les modèles que je conçois sont d’abords pensés dans mon esprit. Ce n’est que par la suite que je les couche sur papier pour voir à quoi cela ressemblerait. La perfection n’étant pas de ce monde, mais moi, je suis anxieux quant au résultat final. Car, j’ai tellement envie de réussir. Il m’arrive souvent de penser à des modèles lorsque je suis dans mes séances de prière. Et, tout de suite, l’envie me prend d’être sur une machine pour matérialiser ce à quoi j’avais pensé.

Comment te définis-tu ?

Je me définis comme un débutant. Je suis encore un débutant puisque ce n’est que l’année passée que j’ai commencé à faire des défilés.

Quels sont les différents défilés auxquels tu as participés ?

J’ai pris part au défilé Urban fashion, Africa mode révélation. Mon premier vrai défilé était Urban fashion.

Outre le Masa, avez-vous d’autres projets à court et moyen terme?

Juste après le Masa, j’ai Meli mode au Togo. Il ya encore d’autres défilés dont les dates seront dévoilés bientôt.

Penses-tu que la mode a un impact sur la société ?

Bien sûr que oui…Et j’irais jusqu’à dire que l’habit fait le moine sous nos cieux.

k style