Loading...

ÉCONOMIE VERTE: les ingrédients du succès

Les futurs champions africains misent aussi sur l’économie verte. Au-delà du concept, quelle vision, quels défis et quelles opportunités pour la Côte d’Ivoire ?

Le ministère de l’assainissement et de la salubrité étudie la possibilité de mettre en œuvre une « fiscalité » verte et la création d’une « taxe carbone ». Cela viserait à créer un cadre incitatif favorable à la transformation de l’économie verte et inclusive. « Il s’agit de mobiliser suffisamment de ressources et financer les dépenses publiques de protection et de restauration de la qualité de l’environnement », explique Alexandre N’GUESSAN, cadre du ministère de l’Environnement et du Développement Durable. Les gouvernants entendent ainsi influencer le comportement des agents économiques, via des signaux prix, dans l’optique de réduire leur pollution ou d’optimiser l’utilisation des ressources environnementales et, enfin, la prévention de la dégradation de l’environnement par des actions de sensibilisation et d’éducation de tout le corps social. Par ailleurs, des subventions dans l’agriculture et l’énergie renouvelable ont permis d’avoir des bonds considérables dans ces secteurs. Il faut pouvoir s’en inspirer pour créer un programme structurant.

 

PLAN

Le programme d'économie verte en Côte d’Ivoire devrait concerner les secteurs clés pour une transition vers l’économie verte. Il va intégrer les secteurs axés sur les ressources naturelles : agriculture, pêche, eau, forêt, et les secteurs entraînés par les technologies et l’énergie industrielle : gestion des déchets, construction, transport et tourisme. L’ensemble des acteurs aussi bien au niveau de l’administration, des institutions internationales du secteur privé, de la société civile que des acteurs locaux notamment les municipalités, les coopératives et les citoyens doivent être mis en musique, afin d’avoir des outils d’analyse et de prévision. « Les Ivoiriens sont favorables à l’économie verte mais souhaitent qu’elle ne soit pas accompagnée de conditions qui viennent bloquer sa croissance économique et sociale », nous confie Paul Emile – Ingénieur Marketing. Avant donc d’amorcer la transition verte, il faut déjà la promouvoir, en orientant les formations et les recherches vers l’économie verte.

TRANSITION

La bonne gouvernance et des instruments financiers efficaces doivent accompagner les petites entreprises qui s’engagent dans le secteur de l’économie verte. Aussi, il est impérieux de dégager un fonds de l’économie verte. Le tout, accompagné par un statut juridique qui offre des avantages fiscaux aux entreprises avec la création de nouvelles formes de développement partenarial entre les collectivités décentralisées et entre les entreprises et les établissements d’enseignement supérieur et de recherches.

Derrière les concepts de changement climatique, d’environnement ou de conservation, et donc d’économie verte, se cachent de véritables enjeux économiques, des opportunités d’emplois et des ressources pour la Côte d’Ivoire, surtout en zone rurale où les populations n’attendent que plus de bien-être et d’équité sociale.

 

Charlotte HUON