Loading...

DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE: Et si nous privilégions nos cultures

Elle cherche encore ses marques. Entre systèmes politiques, orientations sociétales, modèles éducatifs et économiques importés la plupart du temps, elle se construit ...à petits pas, en dents de scie parfois. Pourtant, les clefs de son développement semblent être à sa portée. Développement de l’Afrique : Et si nous privilégions nos cultures !

Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines, sa culture, ressemble à un arbre sans racines », affirmait Marcus Garvey. Conséquence : il ne produit aucun fruit ; il est dépourvu

de feuillage et livré aux ‘’vents’’ amers ainsi qu’aux intempéries de la nature et à la fourberie des âmes de petite vertu. L’Afrique est une bibliothèque de connaissances à la fois ethno sociologiques, philosophiques, technologiques, scientifiques et artistiques. Un continent riche de potentialités humaines et d’opportunités encore logées aux vestiaires.

 

SANTÉ

L’une des fiertés de ce continent, contrairement aux clichés reçus, c’est sa science, notamment une médecine pointue. La pharmacopée traditionnelle. Une autre identité culturelle africaine. Un secteur qui attend d’être développé et valorisé. Car l’Afrique, c’est aussi le seul continent à ne pas avoir d’industrie pharmaceutique. « La Chine et l’Asie ont leur industrie pharmaceutique. Il en est de même de l’Occident et l’Amérique », affirme Décaird Kouadio, phytothérapeute, docteur en philosophie et enseignant à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan. « En Côte d’Ivoire, il n’y a que cinq produits ivoiriens qui sont vendus en pharmacie, notamment des alicaments, alors que cette médecine guérit des maux sur lesquels la médecine dite moderne bute encore à l’instar du diabète ou même de l'hypertension etc. », renchérit-t-il. Une meilleure appréciation de cette activité, selon lui, offrirait à ce pays et au continent une industrie pharmaceutique intéressante et une économie forte avec des emplois durables, solides.

 

ÉDUCATION

Le développement, c’est également un état d’esprit. De ce fait, le continent africain gagnerait à développer une conscience de sa propre situation. C’est-à-dire commencer à se reconstruire là où elle s’est perdue en se réappropriant ses coutumes et traditions. Révolutionner le système éducatif africain à travers son oralité (perdue). L’Afrique, c’est aussi des valeurs. Ses valeurs ! Le respect de l’aîné, les règlements de conflits à l’amiable, l’arbre à palabres géré et dirigé par le chef du village ou par les anciens ayant suffisamment de maturité et une sagesse reconnue par la communauté. Des alliances inter-ethniques permettaient et permettent encore de fraterniser et de désamorcer de graves crises entre groupements humains. Un ensemble de traditions qui ont donc, pendant longtemps, évité des crises à de nombreux pays et qui lui ont fait faire l’économie de conflits entre communautés.

                                                                                                                BAMBA Souleymane