Natif de San Francisco en Californie, l’entrepreneur et inventeur américain, Steve Paul dit Steve Jobs est né en 1955. Avant sa disparition en octobre 2011, selon le confrère en ligne,ingenieur.com,  il a rencontré les étudiants de  l’université Stanford en Amérique, avec qui, il a partagé ses expériences.  

« L’essentiel est de croire en quelque chose, votre destin, votre vie, votre karma, peu importe. Cette attitude a toujours marché pour moi et elle a régi ma vie », a fait savoir d’emblée, Steve Jobs, l’un des fondateur d’Apple.  Selon lui, si parfois, « la vie vous flanque un bon coup sur la tête, ne vous laissez pas abattre. Je suis convaincu que c’est mon amour pour ce que je faisais qui m’a permis de continuer. Il faut savoir découvrir ce que l’on aime, et qui l’on aime».  Pour lui, si l’on vit chaque jour comme étant le dernier, l’on finirait un jour par avoir raison.

Au cours de la cérémonie de remise de diplôme à laquelle il a prit part dans ladite université, Steve Jobs, a précisé que le temps de chaque individu est limité. Il a conseillé aux étudiants de mener une vie descente, avant d’ajouter qu’ils ne doivent pas être prisonniers des dogmes qui les obligeraient à vivre en obéissant à la pensée d’autrui. « Soyez insatiables. Soyez fous», a-t-il exhorté.

Bien étant une figure majeure de l’électronique grand public, notamment pionnier de l’avènement de l’ordinateur personnel, du baladeur numérique, du Smartphone et de la tablette tactile, Steve Jobs n’a jamais terminé ses études supérieures, selon le même site. « J’ai abandonné mes études au Reed Collège au bout de six mois, j’y suis resté auditeur libre pendant dix-huit mois avant de laisser tomber définitivement. J’ai été viré à l’âge de trente ans d’Apple, où j’ai été co-fondateur. Mais je n’ai pas baissé les bras », a avoué l’américain. Tout en invitant ces derniers à mettre en pratique ses conseils.

Pour terminer, l’entrepreneur et inventeur a souligné que le travail occupe une grande partie de l’existence humaine. Et la seule manière d’être pleinement satisfait, affirme-t-il, c’est d’apprécier ce que l’on fait au quotidien. « Sinon, continuez à chercher. Ne baissez pas les bras », a conclu Steve Jobs.

Boris Anselme Takoué