Prendre du recul est important. Pour ne pas sombrer dans le défaitisme et le pessimisme. Pour garder confiance en soi et en la vie. Mais ce n’est pas la tendance naturelle de l’Homme. Nous devons donc apprendre à prendre du recul, prend du temps pour soi, se poser les bonnes questions et enfin se lancer à nouveau dans la course. Voilà le point de départ.

Dans le flot sans fin des mauvaises nouvelles et des contraintes, il n’est pas forcément simple de se couper de ce flux, de sortir la tête de l’eau, de relativiser et de prendre du recul. Pourtant, prendre du recul est véritablement important pour garder confiance en soi et ne pas se noyer. La question qui se pose alors est « comment prendre du recul ? »

Coupez court aux pensées négatives

La première chose qui va vous empêcher de prendre du recul, c’est vous-même. Et les pensées négatives que vous ressassez en boucle. Ou les problèmes et autres contraintes sur lesquels vous restez bloqué.

Aussi longtemps que vous ne verrez que le mauvais côté de toutes choses, vous attirerez davantage les aspects négatifs dans votre vie. Alors que des aspects positifs existent bel et bien. Mais vous ne les regardez pas.

Apprenez à dominer et chasser vos pensées négatives

Revenez à aujourd’hui, et à maintenant. Une peur classique et récurrente, c’est la peur de l’avenir. Et il y a son pendant, la nostalgie et les regrets du passé. Entre les 2, il y a le seul moment qui compte : maintenant.

« C’était mieux avant », ce n’est qu’illusion. Sur quels critères pouvez-vous dire que vos parents, et les parents de vos parents, vivaient mieux que vous ? Uniquement sur vos suppositions et votre imagination ? Ou les histoires des nostalgiques ? Quant au futur, et bien il n’est pas encore là. Alors pourquoi s’inquiéter d’un avenir que, de fait, vous ignorez ?

Revenez et restez essentiellement dans le moment présente, concentrez-vous sur votre attitude et vos actions quotidiennes. Distinguez ce qui dépend de vous, ignorez le reste

Sachez faire la différence entre ce qui dépend de vous et ce qui ne dépend pas de vous. Puis apprenez à ne pas vous inquiéter et à ne pas vous focaliser sur ce qui ne dépend pas de vous. Vous n’y pouvez rien ? Donc pourquoi vous en préoccupez ? À part vous faire du mauvais sang, vous miner le moral et rester dans une spirale négative.

La seule que vous pouvez faire de ce qui ne dépend pas de vous, c’est justement de ne pas vous en occuper. Vous économiserez du temps et de l’énergie. Que vous pourrez investir dans ce qui dépend de vous.

Souvenez-vous de vos réussites

N’ayez pas la mémoire courte. Vous vous inquiétez des défis à venir, des problèmes à surmonter, des imprévus qui surviendront. Mais vous rappelez-vous de tout ce que vous avez surmonté ? De tout ce que vous avez réussi ? Cette liste est très longue. Surtout, elle est bien plus concrète que celle des problèmes qui pourraient arriver.

Vous oubliez vos victoires, les challenges relevés, le chemin parcouru. Puisez dans vos réussites l’énergie nécessaire pour affronter l’avenir.

Si vous avez été capable de ces réussites, pourquoi ne le seriez-vous plus ? Listez ces moments, et aussi les apprentissages que vous en avez tirés. Cela permet de gagner confiance en soi et en la vie.

Revenez à votre propre ressenti

Vous consommez maintenant les actualités intelligemment. Vous comprenez bien mieux les « crises » actuelles du monde. Cela étant, soyez honnête, ce n’est pas parce que c’est la crise par ailleurs que c’est la crise dans votre vie.

Dans votre vie, maintenant et tout de suite, comment êtes-vous concerné et touché ? Cette petite question vous permettra de réaliser l’écart entre le discours global et les actualités, et votre propre vécu. Pour bien relativiser, il faut minimiser l’impact que peuvent avoir certains éléments dans votre existence.

Charlène Danon avec Prendreconfiance.com