À la maison comme au boulot, ces jeunes dames sont actives. Elles croquent chaque seconde de la journée. À tel point qu’elles ont inventé la vingt-cinquième heure. En vérité, ces adeptes de l’excellence tirent les ficelles du développement, de la société ivoirienne.

Nouvelle génération de femmes. Patronnes ou pas, ces jeunes dames ont à cœur de faire bouger les choses. Sans les résultats escomptés, elles ne mériteraient pas leur réputation de working girls.

Leur agenda vacille entre passion et engagement. Travail, famille, couple. Elles ont une grande ressource créative pour être présentes sur tous ces tableaux. C’est clair, elles ont fait le choix d’affirmer et d’assumer leur place dans la société ivoirienne.

Par Charlotte HUON

A lire en intégralité dans le magazine ESPRIT #5